Le Père Noël, un si merveilleux mensonge ?

Le mensonge et ses utilisations

De l’utilité du mensonge: Le mensonge, bien que considéré par la plupart des cultures comme moralement condamnable, est dans le même temps toléré. Il est même considéré par certains comme indispensable pour le bien de la vie en société. Le mensonge et le menteur, n’existeraient pas l’un sans l’autre. Pour qu’un menteur puisse faire croire son mensonge, il faut qu’il ait  conscience du caractère fictif de celui-ci. Le mensonge ne serait que l’outil de l’intention du menteur. Alors quelles sont les motivations du menteur ?

Le mensonge est une affirmation délibérément fausse dans l’intention d’agir sur autrui.

Le mensonge naît du désir volontaire de tromper. « Il est préalablement préparé, pensé, médité. Le menteur sait à qui il s’adresse, quels sont les meilleurs moyens qu’il a d’être cru, quelle forme il doit employer pour mieux capter la confiance de celui qu’il veut tromper. ». Ce qui compte dans le mensonge c’est son intention. J. Derrida (philosophe) insiste sur ce fait en donnant sa définition du menteur : « le menteur est quelqu’un qui dit délibérément autre chose que ce qu’il sait, dans l’intention d’égarer son auditeur ». 

Le mensonge comme outil du plaisir. 

Il est utilisé pour susciter, selon les psychologues, la « désirabilité sociale ». Le mensonge comme une stratégie de bien se présenter et donc de se masquer aux autres. Le mensonge comme stratégie de survie face à une situation que l’on imagine angoissante si la vérité est divulguée.  L’autre source de plaisir du menteur est  la satisfaction d’avoir abusé la confiance d’autrui. Jouir avant tout du sentiment de puissance octroyé par le fait d’avoir trompé son public. Ce plaisir  nécessite comme prérequis, la conscience du caractère fictif du récit avec lequel le menteur abuse ses auditeurs.

Le mensonge comme outil de communication. 

Taire ce que l’on pense est différent de mentir car cela revient à se poster dans une forme d’immobilité face à autrui. Tandis qu’adresser à l’autre un discours destiné à l’induire en erreur, et donc lui mentir, implique un mouvement dans sa direction. Le fait même d’essayer de tromper quelqu’un indique l’intentionnalité, le besoin d’une inter-relation selon B. Cyrulnik,  » le sujet qui ment ne se contente pas de cacher ce qu’il sait, il va vers les autres pour les induire en erreur, ce qui signe une manière originale d’interagir avec son entourage. Par le biais de ce comportement, le sujet exprime ainsi son besoin du lien”. Le mensonge serait donc synonyme de lien. De ce désir de relation à l’autre découle, le mensonge égoïste qui permet de donner une bonne image de soi, d’éviter une punition ou mieux encore, d’obtenir un avantage Vous voyez, le mensonge serait nécessaire pour la vie en société tout comme dans les moments de vie plus intimes. “Les inventeurs de mensonges, font leur récit pour susciter admiration, envie, etc, chez l’auditeur”. Mais dans ce fatra de précisions, quelles différences entre un menteur peu scrupuleux et un mythomane ? Le menteur sans scrupule est toujours conscient de l’immoralité de son mensonge. C’est ce qui le distingue du mythomane. Le mythomane quant à lui n’est pas conscient de son trouble psychique. Il souffre de la réalité. Il s’invente alors, par l’utilisation de mensonges, un autre monde plus calme et apaisant. Un monde qui lui convient mieux. Mais pourquoi les parents mentent ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.