CONSULTATIONS À DISTANCE.

LE BOOM DE LA CONSULTATION À DISTANCE

Consultation à distance et consultation en présentiel, même travail ?

Les PATIENTS qui fréquentent habituellement mon cabinet et qui, depuis l’arrivée du virus, pratiquent la téléconsultation, affirment qu’il leur faut « UN PEU DE TEMPS POUR S’ADAPTER ». Une fois qu’ils ont dépassé ce temps nécessaire pour intégrer la nouveauté, alors, le travail en profondeur pour eux, peut « CONTINUER COMME AVANT« .
Pour les NOUVEAUX PATIENTS, ceux arrivés à l’occasion du confinement, c’est différent. Il déclare pour la plupart qu’ils « N’AURAIENT JAMAIS PENSÉ CONSULTER UN PSY » et pour qui les LIMITES des consultations à distance les arrangent bien. Elles les PROTÈGENT d’un éventuel « CONTACT INSUPPORTABLE » avec le psychothérapeute qui pourrait, selon eux, se transformer en personnages « dangereux » ou encore en juge selon la puissance de leur transfert. C’est donc tout « naturellement » que ces séances à distance sont particulièrement faites pour les personnes qui, pour l’instant, se « REFUSENT À FAIRE FACE AUX MOMENTS PÉNIBLES ET INÉVITABLES » de leur psychothérapie en profondeur. Parce qu’ils ne sont PAS PRÊT à se laisser déborder par leurs émotions. Leur travail à distance ressemble plutôt à un soutien psychologique en attente de « vrais rendez-vous », en présentiel au cabinet. Car ce qui guérit, c’est la RELATION THÉRAPEUTIQUE, élaborée en présence, entre le patient et le thérapeute. Dans ce cas, nous sommes dans le vivant avec la présence du corps, de la voix et du regard. Alors que j’avoue avoir une préférence pour le présentiel en cabinet, puis-je affirmer que je fais le même travail à distance ? Et qu’en est-il du retour de mes patients ? Est ce que cela leur convient et dans quelles mesures cela leur est bénéfique ? Enfin, y’aurait-il besoin pour certains patient d’ALTERNER séance en présentiel et à distance ? Pour une consultation par téléphone, mon regard de thérapeute disparaît pour le patient et cela semble parfois lui faciliter l’accès à l’exploration de certains sujets, dès les premiers rendez-vous alors qu’au cabinet ou par téléconsultation, cela aurait pris plus de temps.
Même constat pour une consultation par écrit. Une patiente confinée en famille n’avait aucune possibilité de continuer sa thérapie via la téléconsultation ou bien même par téléphone. L’appartement qu’elle partageait ne lui permettant pas de s’isoler pour garantir la tranquillité et encore moins la confidentialité de ses échanges. Alors que j’avais des doutes quant à la qualité du travail intérieur possible uniquement par les mots, j’ai tout de même accepté. J’ai ainsi pu constater que pour elle, déposer ses mots sur un mail qui m’était destiné lui a permis, je cite : « de faire un travail intérieur dont elle aurait été incapable autrement ». Y’aurait-il besoin pour certains patients d’ALTERNER présence et distance ? Pourquoi pas essayer dans un objectif et un cadre thérapeutique détaillé et précisé au patient. Déjà dans ma pratique, il m’est arrivé de travailler en collaboration avec d’autres praticiens comme la Gestalt, l’EFT, l’EMDR, ou bien encore l’Art-Thérapie. Je partageais alors avec le patient ma proposition de l’envoyer consulter un autre spécialiste et ainsi, tous ensemble nous avancions, patient et thérapeutes, à lever les blocages.

Comment imaginer ma pratique pour l’avenir ?

Dans la suite de ma pratique, je peux m’imaginer utiliser ces différents moyens, en complément et/ou en alternance du travail réalisé en cabinet. Toutefois, je reste dans les deux cas, vigilant à la RELATION THÉRAPEUTIQUE qui joue, à mon sens, un rôle fondamental dans le succès de la thérapie. Le confinement a révélé qu’il existait des moyens d’interventions thérapeutiques innovants où mes connaissances peuvent être mises à dure épreuve car les limites de leurs mise en oeuvre sont parfois mal dessinées. Néanmoins, il est intéressant d’évoquer ces transformations pour des raisons de méthodologies, de cadres et de déontologie professionnelles dans l’intérêt du patient et pour éviter de faire tout et n’importe quoi dans le seul souci d’innover. Aussi, que ce soit dans l’intimité d’un cabinet de consultation ou à travers un outil digital comme l’ordinateur ou le téléphone portable, il s’agit bien de réussir la RENCONTRE avant même de penser à la relation thérapeutique. Et pour la réussir, il me semble que cela repose sur ma posture de thérapeute, la qualité de mon écoute, mon regard et mon timbre de voix. Des ingrédients pour engager une bonne relation thérapeutique. À charge au patient d’y répondre ou non.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.